ASSURER SES ŒUVRES D'ART, FINIES LES IDÉES REÇUES !


Avec ma multirisque habitation, mes œuvres d’art et objets de valeur sont déjà assurés.


Les contrats d’assurance habitation classique intègrent, la plupart du temps, une catégorie « objets précieux » ou « objets de valeur ». La définition de ces derniers dépend de la compagnie. Les œuvres d’art, objets de collection et bijoux n’y sont pas toujours prévus.

Par ailleurs, ces contrats prévoient un montant unitaire minimum pour que l’objet soit considéré comme «objet de valeur ». Prenons pour exemple une collection de 200 Carrés de soie Hermès. Individuellement, leur estimation n’est pas élevée. Mais la collection dans son ensemble, a une valeur importante.

Notez aussi que les multirisques habitations ne garantissent généralement pas les dégâts des eaux, les transports et la casse accidentelle.


Les assurances d’œuvres d’art sont réservées aux musées et aux collections importantes.


Pas besoin de posséder beaucoup d’œuvres pour bénéficier d’une assurance spécifique. Plusieurs compagnies proposent des contrats aux particuliers, à partir d’un contenu global de quelques milliers d’euros et d’un seul objet de valeur.




Ma police d’assurance va alourdir ma facture fiscale.


Les œuvres d’art, antiquités et objets de collection ne rentrent pas dans l’assiette de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI, ex ISF).

De plus, depuis 2004, les compagnies d’assurance n’ont plus l’obligation de communiquer l’identité de leurs souscripteurs à l’administration fiscale. Vos contrats d’assurance, tout comme l’inventaire de votre collection, sont confidentiels.


Les factures sont suffisantes pour obtenir une indemnisation.


Elles peuvent l’être, si elles sont récentes. La valeur des œuvres d’art, et des objets précieux plus généralement, peut fortement fluctuer d’une année à l’autre. Par exemple, l’art contemporain et les montres Rolex sont des valeurs considérées comme fortement spéculatives.

Une facture ancienne peut aboutir à un remboursement nettement inférieur à la cote actuelle de l’objet.

Un inventaire, réalisé par un expert spécialisé, permet de justifier de l’existence, de l’authenticité et de la valeur de l’objet. En cas de sinistre, vous n’avez plus besoin de prouver ces éléments à la compagnie, votre collection est assurée au plus juste.

Il est conseillé de faire actualiser votre inventaire au moins tous les 5 ans afin de suivre les évolutions du marché.





Je ne possède rien qui se vole, pas besoin d’une assurance.


Sachez que le vol n’est pas le risque n°1 pour les œuvres d’art. Le haut du podium est occupé par le dégât des eaux. La casse accidentelle, les incendies ou encore le pillage sont autant de turbulences qui peuvent affecter votre collection.

Une police d’assurance spécifique coûte cher.


Pas forcément. Le montant de la facture dépend du montant total assuré mais surtout des valeurs individuelles, de l’exposition au risque et de l’ampleur de la couverture (domicile, France ou monde).

Pour donner des exemples, une montre en or est plus exposée au risque vol qu’une toile de JonOne en grand format. Une commode d’époque Louis XVI est plus exposée au risque inondation qu’une bague.

En moyenne, pour 200 000 euros de patrimoine assuré, la prime est de 500 euros par an.



Vous souhaitez faire estimer vos objets de valeur en vue d'assurance ?

Demandez nous un devis personnalisé et gratuit en cliquant ici.

© 2019 by LD studio. Directeur de la publication : Charlotte Vinciguerra

Pablo Collection | Laurent Hache Sarl 9 villa Wagram-Saint-Honoré 75008 Paris | Siret : 79752301600013 RCS Paris

© Photos : Les photos publiées sont en principe publiques. Si vous êtes l'ayant droit d'une de ces photos, merci de nous l'indiquer par mail à cvinciguerra@pablo-collection.com et nous nous mettrons en conformité avec vos exigences.

  • Facebook
  • LinkedIn - Black Circle