ART ET FLEX OFFICE

Le flex office, qu'est ce que c'est?


Très en vogue ces dernières années, le flex-office ou bureau flexible séduit de plus en plus de grandes entreprises. Il se caractérise par l’absence d’attribution d’un poste de travail précis, au profit d’une panoplie de nouveaux espaces collectifs. Armés de leurs ordinateurs portables et de leurs smartphones, les employés peuvent passer d’un espace à un autre en fonction de leurs missions : salle de réunion, espace sans bruit, salle de coworking et même leur propre salon.

Finis les bureaux individuels et la sédentarité, ce concept fait tomber les cloisons et permet aux salariés de changer d’environnement de travail comme la reine de chapeau.

En effet, entre les congés, les réunions et les déplacements à l'extérieur, un salarié n’occupe son bureau que 60% du temps en moyenne. La solution du bureau flexible permet de redistribuer les espaces et parfois aussi de faire des économies (l’entreprise ne prévoit plus qu’environ 70 places pour 100 salariés).




Et l’art dans tout ça?


Plus question de laisser trôner la photo de rentrée des classes de Junior, les postes doivent être entièrement débarrassés chaque soir. Alors, qu’en est-il des œuvres d’art? Le bureau flexible est il compatible avec la présentation de tableaux ou sculptures?

Absolument, selon Flore Pradère, Directrice Recherche et Prospective Bureaux de Demain chez JLL : “Quand une entreprise fait le choix du flex-office, elle se heurte à un véritable challenge en matière d’appropriation. Il faut passer d’une logique de propriété individuelle (mon bureau, ma plante verte, mes photos), à une dynamique d’identité collective (l’ADN de mon entreprise, les succès de mon équipe, nos valeurs…). Dans ce contexte, l’art revêt une formidable opportunité : il remet l’humain au centre, touche à l’intime, est porteur de sens. C’est un excellent levier d’appropriation des nouveaux espaces et des nouveaux usages!”


Quelques exemples


En pratique, chaque entreprise interprète le concept à sa manière et lorsque l’on aborde la question de l’art, les politiques varient. Si certaines prennent un virage assez radical lors de leur passage en flex-office et ne parviennent pas à intégrer d’oeuvre à leurs espaces de travail, d’autres en ont fait une véritable marque de fabrique.


L’agence de publicité BETC a récemment installé ses nouveaux bureaux flexibles au bord du Canal de l’Ourcq à Pantin, et si la déco des différents espaces de travail y est soignée, l’art a essentiellement sa place au rez-de-chaussée. Cette partie des Magasins Généraux, ouverte au public, est un véritable lieu d’expérimentation culturelle et rassemble artistes, designers, musiciens, danseurs, chefs et bien d’autres, au gré d’une programmation audacieuse.


Magasins Généraux BETC à pantin - Exposition “Par amour du jeu 1998-2018” - Courtesy of the artists

Du côté des grandes startups américaines, le siège de Facebook à Menlo Park (Californie) est à citer comme exemple très arty de flex-office. Les œuvres sont omniprésentes sur ce campus de 100 000 m2. L’artiste David Choe a notamment été commissionné pour y réaliser des fresques murales. Les employés sont encouragés à créer leurs propres œuvres d’art sur les nombreux murs tableaux noirs à leur disposition.


Siège de Facebook à Menlo Park - Courtesy of Jasper Sanidad

Comment s’y prendre ?


Si les œuvres ne sont plus placées en fonction des affinités de chacun, les possibilités d’intégration de l’art sont nombreuses.

Les expositions thématiques sont un excellent exemple permettant de faire passer des messages forts. L’art devient alors un outil de communication interne à part entière. Faire participer les salariés dans le choix des pièces peut également s’avérer efficace pour valoriser le sentiment d’appartenance.


En résumé, le flex-office permet une réorganisation optimale des espaces de travail. Mais ces changements fondamentaux, et notamment la perte d’un espace personnel, peuvent être mal vécus par les salariés. Il est donc important de soigner la transition et l’esprit des locaux. Pour toutes ces raisons, une présence artistique est essentielle.



Vous souhaitez faire estimer vos objets de valeur en vue d'assurance ?

Demandez nous un devis personnalisé et gratuit en cliquant ici.

© 2019 by LD studio. Directeur de la publication : Charlotte Vinciguerra

Pablo Collection | Laurent Hache Sarl 9 villa Wagram-Saint-Honoré 75008 Paris | Siret : 79752301600013 RCS Paris

© Photos : Les photos publiées sont en principe publiques. Si vous êtes l'ayant droit d'une de ces photos, merci de nous l'indiquer par mail à cvinciguerra@pablo-collection.com et nous nous mettrons en conformité avec vos exigences.

  • Facebook
  • LinkedIn - Black Circle