LE MARCHÉ DE L'ART AU TEMPS DU CORONAVIRUS


On ne le présente plus : le Covid-19 s’est incrusté dans nos vies il y a presque 2 ans et a totalement bouleversé notre quotidien.

Comme nous, le marché de l’art a dû s’adapter à la pandémie. Quelles ont été les conséquences de cette crise sur ce domaine ?

Juliette Morel
Juliette Morel

Pablo a fait ses recherches, aidé de Maître Juliette Morel, commissaire-priseur (Vasari Auction - Maison Good). On vous rassure, le marché de l’art est en bonne santé !



Un marché aussi vieux que ses œuvres

À la différence des arts comme la musique ou le cinéma, le marché de l’art avait un certain retard technologique. En effet, avant l’arrivée du coronavirus, encore beaucoup de ventes étaient tenues en salle et l’utilisation d’internet n’en n’était qu’à ses débuts.

Contre toute attente, cette « panique » due aux différents confinements ainsi qu’à la fermeture des musées et galeries, a aussi entraîné des merveilles.

Juliette Morel nous l’a confirmé, le marché de l’art avait besoin de cette pandémie. En effet, la grande majorité des entreprises se sont tournées vers internet, les transactions digitales ont enfin trouvé leur place.



©priscilla du preez

Selon le rapport de Hiscox, pas moins de 82% des nouveaux collectionneurs d’art ont acheté sur internet en 2020, contre 36% en 2019. Que nous réserve donc 2021 ? Selon le nouveau rapport de Hiscox, d’ici la fin de l’année, le marché pourrait peser 3 fois plus qu’en 2019, soit 13,5 milliards de dollars.

Il n’y a pas que les ventes en ligne ! Les musées ont pu prendre part à ce changement radical. Entre réseaux sociaux et visites virtuelles, la Joconde n’est pas restée longtemps sans admirateurs. Malgré cette nouvelle organisation, la vie culturelle a essuyé une période extrêmement difficile.

Côté foires d'art, c'est un peu moins concluant. Beaucoup de celles tenues en ligne n’ont pas convaincu, car elles sont avant tout des lieux de rencontre physique.

©zalfa imani

Internet le chef d’œuvre de notre génération

Des records de vente à n’en plus finir, c’est la nouvelle réalité du marché de l’art en ligne.

Et les NFT jouent un rôle important dans cette tendance.


En effet, les Non-Fungibles Tokens, ont fait beaucoup parler d’eux notamment grâce aux 3,5 milliards de dollars de transaction entre janvier et fin septembre 2021. Beeple, notamment, a créé la surprise avec une de ses œuvres adjugées pour 69,3 millions de dollars.

Pas que des bonnes surprises

Il y a 10 ans, Maître Juliette Morel co-créait Vasari Auction, et 3 ans après, toutes leurs ventes aux enchères se tenaient déjà en ligne. Plus faciles et moins chronophages, les vacations 2.0 attiraient déjà un certain nombre d’amateurs.

En 2020, une grande partie des acteurs du secteur se sont tournés vers les ventes en ligne, engendrant une petite baisse des chiffres pour les entreprises déjà établies sur internet.

Une petite augmentation de la concurrence, qui ne fait pas encore trop de mal.

La tendance est donc durablement implantée, mais certains points restent perfectibles : les questions de confiance et de cybersécurité. Maître Morel confirme : « Il a encore beaucoup d’acheteurs qui craignent d’acquérir des objets d’art sur internet, ou qui ont vécu une mauvaise expérience chez un confrère, et qui ne souhaitent plus acheter en ligne ».


©mika baumeister

Rassuré ?

La crise sanitaire a grandement chamboulé notre domaine. Beaucoup d’entreprises et d’institutions en ont malheureusement subi les conséquences.

En contrepartie, de cette période de difficulté est né un marché plus moderne, résilient, qui a su revoir sa copie et montrer de nouveaux modèles. Le bilan est donc très encourageant et annonce encore de beaux résultats !




Vous souhaitez faire estimer vos biens en vue d'assurance ?


Demandez nous un devis personnalisé et gratuit en cliquant ici.



Contact : Charlotte Vinciguerra - 07.52.55.79.97 - cvinciguerra@pablo-collection.com